Chers amis,

Nos vendanges du millésime 2017 se sont terminées le 22 septembre au soir et après un peu de repos réparateur, nous souhaitions vous donner une première estimation de ce millésime bien difficile.

Pour revenir rapidement sur les conditions climatiques de 2017, l’hiver fut plutôt sec avec 50% de pluie en moins par rapport à un hiver habituel. Le début du mois d’avril, assez chaud, permis un débourrement précoce de la vigne. Malheureusement, une catastrophe arrive fin avril avec plusieurs nuits et matinées de gel causant beaucoup de dégâts dans les vignes. Le début de l’été et particulièrement fin juin amène des journées très chaudes, souvent à plus de 35 degrés. Sur le reste de l’été le temps fut mitigé mais toujours sec. Suite à cela, les vignes non gelées restent précoces, et les vignes qui ont subi les dégâts du gel repoussent un peu mais donnent très peu de raisins.

Nous commençons les vendanges le 15 septembre, en avance de plusieurs semaines par rapport aux millésimes précédents. Nous avons bien sur débuté par les vignes qui n’avaient pas gelé, notamment à Château du Pavillon. Sur ces parcelles, la qualité était présente, voire même meilleure qu’espérée. Le mot d’ordre pour nos vendangeurs était bien sûr de beaucoup trier ce qu’ils ramassaient, notamment en ne ramassant sur les vignes touchées par le gel que les grosses grappes de première génération que certains pieds de vigne avaient pu conserver, et en abandonnant sur pied les petits grapillons de repousse après gel, qui n’étaient pas mûrs. C’est une opération très délicate puisque les deux types de grappe sont sur le même pied, et possible uniquement grâce à une vendange manuelle et une très bonne équipe.

Nous nous attendions à ce que les vendanges durent trois jours, au lieu de nos dix jours habituels. Au final, elles nous ont pris six jours entiers. Bien sur, il y avait beaucoup moins de raisins, mais au final, les vendangeurs devaient quand même passer dans chaque rang, voire même prendre encore plus de temps pour ne sélectionner que les grappes mures et pas les moins mûres. C’est toujours le problème des millésimes comme 2017, on ne ramasse pas grand-chose, mais le travail dans la vigne est au moins autant si ce n’est plus !

Au résultat, que dire du millésime 2017 ? Quantitativement, nous avons récolté autour de 40% d’une vendange « normale ». Qualitativement, il y a de très bonnes cuves, d’autres un peu moins bonnes, en fonction de si les parcelles avaient été gelées ou non. C’est donc un millésime peu productif et assez hétéroclite, et la sélection que nous devrons effectuer (après les fermentations malo-lactiques) viendra encore diminuer notre production pour ce millésime.

Cependant, nous gardons le moral. Certains viticulteurs de Bordeaux ont été touchés par le gel à presque 100% et nous sommes donc heureux d’avoir pu ramasser ce que nous avons. Nous avons également une pensée pour les viticulteurs de Napa et Sonoma en Californie dont les vignobles et chais sont actuellement dévastés par les flammes. Il est parfois bien difficile de subir les aléas de la nature !

N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des questions sur ce millésime 2017, qui sera disponible à la vente autour de septembre 2019.

Pour la famille Ponty,
Hélène Ponty